Afin de promouvoir l’emploi transfrontalier et les relations entre les entreprises, le mardi 14 mars a été présenté publiquement le projet EMPLEO AE,  conduit par l’Eurorégion Nouvelle-Aquitaine Euskadi Navarre qui entend faire du principe européen de libre circulation des travailleurs une réalité tangible entre ces trois régions.

Le lancement a eu lieu au Palais des Congrès FICOBA d’Irún en présence de représentants des trois régions : Mikel Antón, directeur des Affaires Européennes du Gouvernement Basque ; Izaskun Goñi, directrice générale de Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouvernement de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller régional en charge de la Montagne et de Pastoralisme du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine.

Renforcer l’Europe : Développement d’un bassin d’emploi eurorégional Aquitaine-Euskadi”, prendra fin en septembre 2017, pour un coût estimé de 256 012 euros.

Il a été cofinancé à hauteur de 65% par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) via le programme Interreg V-A Espagne, France, Andorre (POCTEFA 2014-2020). L’objectif du POCTEFA est de renforcer l’intégration économique et sociale de la zone frontalière Espagne-France-Andorre. Son aide se concentre sur le développement d’activités économiques, sociales et environnementales transfrontalières via des stratégies conjointes en faveur du développement territorial durable.

EMPLEO AE vise à développer une zone d’opportunité économique eurorégionale et perçue comme telle par le tissu socio-économique.

Un espace d’opportunités 

L’espace sur lequel se focalise l’Eurorégion est le bassin de 600 000 habitants constitué par l’agglomération “Bayonne-Saint Sébastien”, qui concentre l’essentiel des actions de coopération transfrontalière. Cependant d’autres pôles économiques comme Vitoria, Bilbao, Pampelune, Bordeaux, La Rochelle, Limoges, Pau ou Poitiers seront appréhendés.

Cette Eurorégion compte beaucoup d’atouts : un tissu industriel diversifié ; des entreprises emblématiques ; des groupes industriels forts ; une haute qualification des travailleurs (au-dessus de la moyenne de l’UE) ; d’importants domaines de complémentarité, etc. En définitive, un grand potentiel de développement et un espace d’opportunités aussi bien pour les entreprises que pour la population active.

Cependant, au niveau pratique divers facteurs rendent difficile ce développement et créent des barrières : distance entre les différents pôles économiques ; fortes asymétries des compétences et systèmes fiscaux, cultures administratives différentes. En résumé, des obstacles qui font que les regards des travailleurs et des entreprises se tournent vers d’autres destinations et ignorent cette zone de proximité immédiate.

Plan d’actions

Le projet EMPLEO AE prétend aborder ces barrières et obstacles dans leur ensemble et pour mieux les dépasser.  Il propose une séries de mesures concrètes :

  1. Réalisation d’une ÉTUDE DIAGNOSTIC sur l’état de l’emploi transfrontalier, avec la participation d’une cinquantaine d’acteurs : des services publics d’emploi aux agences de développement, en passant par les syndicats, les chefs d’entreprises, les chambres de commerce, etc. Ce travail servira d’état de référence sur la question de l’emploi transfrontalier et sera un socle pour proposer des solutions aux problèmes concrets, tout en étudiant les changements à réaliser au niveau administratif pour simplifier et fluidifier les relations eurorégionales.
  2.  Création d’un PORTAIL WEB d’information sur l’emploi transfrontalier qui regroupera toutes les informations utiles aussi bien pour les entreprises que pour les travailleurs et demandeurs d’emploi : opportunités, droits et obligations existant au sein du territoire voisin.
  3.  Diffusion des informations recueillies auprès des administrations des trois régions afin de mieux les sensibiliser à cette problématique et au cadre légal correspondant, dans le but qu’elles puissent mieux conseiller les travailleurs et les entrepreneurs. De même, il est envisagé d’ouvrir des POINTS D’INFORMATION spécifiques dans les services publics d’emploi ainsi qu’auprès des organismes collaborateurs.